vendredi 03 février 2012


clip_image001

Ce ne sont pas les longues distances qui effraient Joël Pasquet et Yvon Mouillé.

Joël Pasquet a déjà un beau palmarès : la muraille de Chine en 2006, les 177 km du Golfe du Morbihan (2007), l'Olympienne en Grèce (2008), le tour du lac Balaton en Hongrie en 2009.

Yvon Mouillé collectionne les marathons (102 à son actif) et des circuits comme : La Boissière - Lourdes en 2008 (600 km en 19 jours), La Boissière - le camp du Struthof en Alsace (900 km en 19 jours).

En 2012, cet esprit d'aventure va les mener, du 14 au 26 février, en Inde, pour un 100 km dans le désert du Thar.

Considéré comme l'un des plus terribles de la planète, septième dans l'ordre de la superficie (200 000 km²), ce désert est situé dans l'État du Rajasthan au nord-ouest de l'Inde. « Nous serons seulement une trentaine de Français, dont nos camarades vendéens : Bernard Deborde, Hubert Gautron, Roland Roux, Pierre Alcaraz à participer à cette 6e édition », soulignent les deux coureurs.

« Outre la chaleur, les difficultés tiennent aussi dans la nature du terrain (dunes très sablonneuses) qui, dès le départ empêche toute assistance. On nous a aussi recommandé de courir couverts de la tête aux pieds », poursuivent-ils.

Une action solidaire après la course

Mais, pour Yvon et Joël, l'aventure ne se résume pas à un défi sportif. Ainsi, deux jours après le raid, ils accompagneront les enfants de Jaisalmer dans une course appelée « action solidarité ».

Chaque adulte parraine un ou plusieurs enfants sélectionnés en fonction du niveau de vie de la famille, de leur âge, leur volonté d'apprendre, avec le souci de maintenir la parité garçons et filles. Les sommes de 200 € versées par les coureurs lors de l'inscription permettent d'assurer une année complète de scolarité au niveau élémentaire.

A quelques jours du grand départ, aucune véritable crainte ne semble envahir nos deux complices, juste l'appréhension du petit bobo qui viendrait contrarier ce grand projet. Quand Yvon s'impose ses 70 km par semaine plus quelques escapades dans les dunes des plages vendéennes « pour se faire les jambes ». Joël, chauffeur de poids lourds, court une heure le mardi, à Lyon, une heure le jeudi, à Chalon-sur-Saône. Le samedi matin, il remet çà avec une sortie le dimanche et une distance moindre le lundi matin avant de partir au travail. « On arrive presque à saturation », plaisantent Joël et Yvon sous les regards de leurs épouses, dont Marie-Thérèse Mouillé qui sera aussi du voyage et assurera l'intendance lors ce périple indien.